5 (autres) raisons de ne pas répondre aux annonces

Mon article sur les 7 bonnes raisons de ne pas répondre à des annonces a suscité beaucoup de réactions. Vous avez été nombreux et nombreuses à apprécier de ne pas être les seuls à déprimer à cause d’une recherche dépendant uniquement de la réponse aux annonces. J’ai reçu pas mal de témoignages de lecteurs et lectrices qui se sont libérés de la démarche 100% annonce et en ont observé les fruits.

Mais d’autres (qui ne connaissent pas le blog et sont simplement tombés sur l’article) l’ont parfois trouvé radical. J’ai même entendu dire que j’étais irresponsable de tenir ce discours. Revenons sur les 3 critiques qui m’ont paru constructives.

De-pas-repondre-aux-offres-annonces-emploi-critique

«Oui mais le recruteur préfère qu’on passe par annonce»

Ce n’est pas vrai. Mardi dernier l’entreprise où je travaille a tenu son événement annuel : #TruParis où 350 recruteurs sont venus échanger. Et la majorité parle de l’annonce comme d’un mal nécessaire. Il ne faut pas oublier que sur une annonce vous avez entre 50 et 80% de candidatures hors sujets, ce qui est très pénible pour un recruteur. Je connais même des recruteurs qui ont décidé de ne plus lire les candidatures par annonce (mais ils postent quand même l’annonce car la direction les y oblige).

Tout dépend des gens. Certains recruteurs en effet ne jurent que par l’annonce. Mais je ne pense pas qu’ils soient majoritaires. La majorité est plutôt impuissante face au problème de l’annonce.

 

« Dans certains secteurs, l’annonce est la voie numéro 1»

Oui c’est vrai. Plus les postes que vous visez demandent des responsabilités et moins les recruteurs passent par l’annonce. Et réciproquement.

Mais je pars du principe que vous n’êtes pas stupides. Si vous êtes dans cette situation, il faudra doser votre utilisation de l’annonce en fonction. Il y a des nuances entre passer tout son temps à répondre à des annonces et ne plus y répondre du tout. C’est à vous de trouver l’équilibre en essayant différents dosages.

 

«Oui mais tu imagines si tout le monde faisait comme ça ? Les recruteurs seraient débordés.»

De-pas-repondre-aux-offres-annonces-emploi-foule-revolution

On verserait presque une larme ! Tout le monde ne le fera pas. Fin de l’histoire. On verra si un jour je deviens une star nationale qui a le pouvoir de s’adresser à des millions de gens. Mais pour l’instant vous êtes environ 50 000 depuis le début de ce blog à y avoir lu au moins un article. Il y a fort à parier que vous êtes environ 3 000 à lire régulièrement et donc environ 300 à vraiment essayer d’appliquer concrètement. C’est très peu comparé au millions de gens qui cherchent.

On est donc loin de «quand tout le monde fera ça». D’autant plus qu’il faut comprendre que c’est précisément ça l’ADN de ce blog. J’essaie de vous partager la voie des pirates plutôt que celle de la marine nationale officielle. Donc le jour où tout le monde fera comme ça, ma mission c’est justement d’avoir trouvé une nouvelle voie pirate d’ici là. C’est l’effet raccourci. En effet si tout le monde dans un embouteillage prend le même raccourci, le raccourci est mort.

Bon…je crois que c’était l’introduction la plus longue que j’ai jamais écrite. Il est grand temps de rentrer dans le vif du sujet qui est : je persiste et je signe avec encore d’autres raisons de ne pas répondre aux annonces !

1) Même quand on répond à une annonce on peut la contourner

Si vous voyez une annonce qui vous intéresse, rien ne vous empêche de quand même passer un coup de fil pour poser des questions sur le poste.

Plutôt que de postuler à une adresse du type recrutement@linkhumans.fr, autant faire l’effort d’identifier la personne en charge du recrutement pour lui demander des précisions. Encore une fois l’idée c’est de vous arranger pour qu’on vous demande in fine votre CV (rappelez-vous, on en parlait dans cet article).

Surtout qu’il ne faut pas oublier que d’autres le font déjà. J’ai déjà aidé des amies à contourner la queue de ceux qui répondaient à l’annonce par le canal officiel. Est-ce que vous acceptez l’idée que d’autres n’auront aucune hésitation à emprunter cette voie et auront sur vous un avantage incroyable ?

C’est une question d’état d’esprit. Personnellement j’ai à la fois trop l’esprit de compétition et l’horreur de gaspiller mes effort (oui, je sais, c’est une façon élégante et limite langue de bois d’écrire que la flemme est puissante chez moi).

2) Pour contourner le recruteur

Rappelez-vous on l’expliquait ici : http://dessinetoiunemploi.com/un-recruteur-na-pas-le-pouvoir-de-dire-oui/

Le recruteur porte mal son nom car il ou elle http://www.latunisiemedicale.com/medicale/acheter-viagra/ n’est jamais la personne qui recrute. Le recruteur est TOUJOURS mandaté par un manager qui a un besoin de recrutement. Ce qu’on appelle dans le jargon : l’opérationnel.

Si vous avez le choix, il vaut donc mieux passer directement par l’opérationnel. Parce que si votre candidature est envoyée par l’opérationnel vous pouvez être certain(e) que le recruteur la lira avec attention. Car vous lui rendez service : il n’aura plus à convaincre l’opérationnel sur votre candidature.

Et attention, n’écoutez JAMAIS un recruteur qui vous dit l’inverse. Encore heureux qu’ils disent l’inverse ! C’est leur métier. Si vous demandez à un standardiste s’il vaut mieux appeler sur une ligne directe ou passer par lui il vous trouvera toujours 1000 raisons de passer par lui.

De-pas-repondre-aux-offres-annonces-emploi-standardistes

Alors que pour tout le monde il est évident qu’on est plus efficace quand on connaît la ligne directe. Son métier c’est justement de filtrer les appels. Un recruteur c’est pareil : son métier est de filtrer les candidatures. Pourquoi vous dirait il autre chose que «il vaut mieux passer par moi» ? 

Si vous avez le choix, préférez un premier contact avec l’opérationnel. Le plus simple étant d’appliquer cette technique du café : http://dessinetoiunemploi.com/larme-ultime-du-chercheur-demploi-le-cafe-ou-le-dejeuner/

3) Certains métiers sont surreprésentés

C’est une des conclusions de l’étude du centre d’étude de l’emploi.

Les annonces ont tendance à surreprésenter certains métiers. Par exemple le métier de commercial.

De-pas-repondre-aux-offres-annonces-emploi-caricature-commercial

Quand vous êtes dans un de ces métiers c’est plutôt bien. Mais quand il n’y a pas beaucoup d’annonces…que faire ? On peut vite déprimer et croire, à tort, qu’il n’y a pas d’emploi dans son métier.

4) Éviter la position de demandeur

Répondre à une annonce vous place d’emblée dans un rapport de force défavorable. En effet, vous n’êtes pas seul(e) à postuler : vous arrivez dans un mécanisme où un recruteur exprime un besoin et attend sur sa chaise que vous y satisfassiez.

Le rapport de force commence donc toujours en votre défaveur. D’ailleurs certains recruteurs en jouent et vous traitent comme si vous étiez à leur service.

C’est pourquoi il est bien plus agréable d’utiliser des canaux qui ne sont pas soumis au même rapport de force. Par exemple, si vous êtes recommandé(e) par un employé de l’entreprise (c’est ce qu’on appelle la cooptation), la relation sera tout de suite différente car vous avez une connaissance commune.

C’est aussi pour ça que, même quand je passe par des canaux qui ne sont pas en ma faveur, je m’arrange pour qu’on me demande mon CV et non pas que je l’envoie. Une fois que l’autre a fait le premier pas, il se comporte avec plus d’attention. Si quelqu’un me demande mon CV, il le lira. Ce qui n’est pas garanti si je lui envoie de moi-même.

5) L’expérience utilisateur des sites d’annonce est honteusement nulle

La plupart des sites d’annonces ont été développé dans les années 90. Et même les nouveaux reprennent les mêmes interfaces honteusement poussiéreuses.

De-pas-repondre-aux-offres-annonces-emploi-secheresse-jobboard

Personnellement, je fais des réactions allergiques à chaque fois que je m’y retrouve. Et je ne parle pas que de l’apparence. Même en termes d’ergonomie c’est une catastrophe innommable.

Du coup, l’expérience est pénible et déprimante à la longue. Car travailler avec des outils aussi peu ergonomiques a un vrai effet sur le moral, même si vous ne le sentez pas forcément. C’est un peu l’équivalent de marcher avec des chaussures de trop mauvaise qualité. Vous ne vous rendez compte de rien sur le moment mais sur le long terme vous attrapez des problèmes de dos.

Ce n’est donc pas juste un caprice. C’est d’ailleurs pour ça que dans le programme un outil de recherche par jour j’ai banni sans aucune pitié tous les outils qui n’avaient pas ce minimum d’exigence ergonomique.

Conclusion

Encore une fois, il y a un équilibre à trouver entre ma pratique radicale du sujet et l’autre extrême qui est de se reposer uniquement sur des annonces.

Dans tous les cas, vous avez tout à gagner à essayer. Ne vous fiez pas à votre intuition, vous serez étonné(e) de voir comment des gens que vous n’auriez jamais imaginé accepteront spontanément de prendre un café avec vous.

C’est trop facile de se dire «dans mon secteur c’est different» avant d’avoir testé. Il n’y a qu’en essayant que vous le saurez. Il n’y a qu’en essayant que vous pourrez découvrir votre dosage idéal. Et si vous avez peur, ne vous inquiétez pas c’est normal. Peut-être que ce qu’il vous faut c’est de prendre conscience des 7 peurs qui vous empêchent de trouver un emploi : http://dessinetoiunemploi.com/les-7-peurs-qui-vous-empechent-de-trouver-un-emploi/

  • Eric SAULNIER

    J’ai un exemple à citer qui m’est arrivé hier. Je connais bien un consultant d’un grand cabinet que j’appelle « Mickey à la plage » tellement je le trouvais mauvais (en fait c’est comme une banque, ce sont les employés qui donnent la bonne ou mauvaise image).
    Ce consultant est formidable, il est même venu déjeuner avec moi au cours de ma mission afin de voir comment j’allais !!!
    Bref, je repère une annonce et par email lui en fait part, il a de suite dirigé ma candidature vers son collaborateur en charge du recrutement…