7 choses que j’aurais aimé savoir AVANT de chercher un emploi

Rien ne vous prépare à la recherche d’emploi. Au contraire, durant votre cursus scolaire, il est probable que vous n’ayez jamais de cours de recherche d’emploi. Et quand vous en avez, vous recevez les conseils de gens qui n’ont jamais cherché d’emploi après les années 2000. C’est ce qui vous pousse à chercher un emploi de la pire des manières.  Au final c’est la raison qui m’a poussé à créer ce blog. Voilà ce que j’aurais dit à mon moi du passé.

1. Les recruteurs n’aiment pas les chômeurs.

portrait-angry

Ils le nieront. Ils ne le savent d’ailleurs même pas. C’est humain : le chômage de longue durée est inconsciemment inquiétant, suspect même. Quand quelqu’un est au chômage depuis longtemps on se dit qu’il doit y avoir une bonne raison. On a tendance à se dire que quelqu’un qui est déjà opérationnel sur le poste est un choix forcément plus sûr.

Personne ne vous le dira évidemment. D’autant plus que ce sont des phénomènes souvent inconscients. Et d’ailleurs cela vient aussi de nous. En effet, quand on reste longtemps en situation de chômage on a tendance à désespérer et à perdre confiance en soi, ce qui se sent. Il faut donc soit éviter de se retrouver dans une situation d’inactivité trop longtemps (je connais trop de gens qui refusent les CDD par principe alors que c’est une bonne manière de reprendre l’élan) soit briser le cercle de la perte de confiance en soi. On y reviendra.

2. Personne ne viendra te chercher

Emploi-recherche-sauveur

Je sais : vous connaissez quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a été approché par un chasseur de tête directement sur LinkedIn. D’ailleurs, les Écoles vous racontent souvent des anecdotes où untel a été embauché avant sa sortie d’école. Oubliez une fois pour toutes ces histoires. C’est l’équivalent d’apprendre à jouer au poker en regardant James Bond jouer.

Partez du principe que personne ne viendra vous sauver. Se créer un compte LinkedIn en espérant que les recruteurs viennent vous chercher c’est comme acheter un billet de loterie. Oui ça peut arriver mais en attendant vous devez prendre les choses en main. C’est ce que je vous expliquais dans cet article sur le blog de Mathieu Menet.

L’exception : certains métiers pénuriques ou aux compétences très pointues (les développeurs informatique, les professionnels de la finance, etc.)

3. Tu ne sais pas ce qu’est un réseau

Emploi-recherche-le-reseau

On entend parler de réseau à longueur de journée. Si vous êtes comme moi, vous devez avoir l’impression que ça ne fonctionne que pour les autres. En fait, on se fait des idées sur le fameux réseau. Le fantasme du piston nous a fait beaucoup de mal à ce niveau. Nous sommes nombreux à confondre réseau et piston.

Le piston c’est quand quelqu’un que vous connaissez appuie votre candidature à un poste où vous n’avez pas les compétences. C’est une perversion du réseau. Demander à un ami de transmettre votre CV à la bonne personne ce n’est pas un piston : c’est juste une démarche de réseau.

L’autre chose que j’aurais aimé qu’on me dise cent fois de plus…(car pour le coup on me l’a dit et redit) c’est qu’il faut nourrir son réseau AVANT d’en avoir besoin.

De manière évidente, si vous ne parlez à une personne que lorsque vous avez besoin d’elle, vous risquez d’avoir du mal à obtenir le meilleur de la relation. On reviendra sur cette notion mais d’ores et déjà : ne quittez pas vos études sans avoir ajouté sur LinkedIn tous vos camarades de promo !

4.  Tu ne sais pas faire un CV

Vous trouverez autant de conseils CV que de conseillers. De quoi se retrouver un peu perdu. Au final, il y a plus de choses qui relèvent des préférences personnelles que de vraies règles absolues.

Emploi-recherche-mauvaise-voie-savoir-faire-un-cv

Pire encore, personne ne vous explique comment utiliser un CV ni à quoi il sert. À un point qu’on voit souvent le CV comme une biographie alors qu’il doit être la réponse à un appel d’offres, où l’acheteur est la personne qui vous recrute.On reviendra sur ce point.

5. Postuler à des annonces d’emploi ne sert pas à grand chose

Il n’y a pas que les annonces dans la vie, http://francepharm.net loin de là. Pourtant quand on s’imagine une recherche d’emploi, on imagine quelqu’un qui répond à des annonces. C’est une vision déformée et contre-productive. Surtout quand on connaît le taux de réussite de la démarche. 

Quand j’ai essayé l’escrime à 7 ans, j’ai fait comme tous les enfants qui commencent l’escrime : lors de mon premier entraînement j’ai essayé de frapper le plus possible la lame de mon adversaire.

Emploi-recherche-escrime

Parce que quand on voit Zorro à la télé (ou même un match d’escrime) ce que l’on retient c’est le bruit des lames qui s’entrechoquent. Au point qu’on en oublie que si les escrimeurs font ce bruit, ce n’est pas pour autant leur but. Leur but c’est de toucher l’autre.

De la même manière, votre but n’est pas de postuler à un maximum d’annonce possible mais bien d’être recruté. Je vois tellement de chercheurs se vanter ou se plaindre d’avoir envoyé des centaines de CV sans réponses. Alors que c’est l’équivalent de se vanter ou se plaindre d’avoir frappé une centaine de fois l’épée de son adversaire sans le toucher. Si la méthode ne fonctionne pas il faut en changer.

Or, il existe tellement de façons de se faire recruter que c’est dommage de se reposer sur la moins agréable. Car passer par une annonce est probablement la chose la plus pénible dans la recherche d’emploi. On moque souvent Pôle Emploi mais au moins à Pôle Emploi vous avez un être humain qui vous répond. Le silence radio que l’on peut subir en postulant à des annonces peut avoir un effet dévastateur et irréversible sur votre confiance en vous.

6. La passion se voit à l’écran, son absence aussi

Emploi-recherche-passion-mur

C’est probablement la loi la plus impitoyable de toutes. Si vous arrivez à vous passionner pour une entreprise ou pour un métier vous allez prendre un raccourci si efficace que c’est presque de la triche.

Malheureusement c’est à la fois l’arme la plus efficace mais le point le plus inutile à lire pour vous dans cet article. Soit vous êtes passionné(e), soit vous ne l’êtes pas. Je n’ai pas encore trouvé de solution pour susciter la passion. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé !

La seule chose que vous pouvez concrètement appliquer c’est que refuser un entretien est parfois une excellente idée. Si vous êtes dans une situation suffisamment confortable pour vous permettre de dire non, n’allez pas à des entretiens si vous êtes sûr(e) que rien ne vous passionne dans l’entreprise ou le poste.

7. Moins on en a besoin, plus c’est facile et réciproquement

Probablement le plus grand secret de tous. Moins vous serez en situation de demandeur et plus votre recherche sera facile. Moins vous serez en recherche et plus vous trouverez.

Emploi-recherche-Hamac

Bien entendu, vous ne pouvez pas contrôler le fait d’être en besoin ou pas. Mais vous pouvez néanmoins apprendre à cultiver votre réseau dans les moments où vous n’avez justement besoin de rien. C’est quand vous êtes à votre apogée qu’il faut savoir donner aux autres sans rien attendre en retour.

Que faire si vous êtes dans la situation où c’est trop tard ? Et bien vous pouvez simuler l’état d’esprit de quelqu’un qui n’est pas dans le besoin. Je sais que c’est contre-intuitif mais ne passez pas tout votre temps à chercher ! Faites du sport, libérez vous du temps libre, prenez des cours en ligne. Ne forcez pas les choses. Plus vous forcerez et plus ça va devenir difficile.

C’est pour ça que j’aime tellement le livre de Mathieu Ménet : Fuck le chômage. Parce que c’est le seul que j’ai lu qui aborde cette dimension. D’ailleurs ça fait une éternité que je dois vous faire un article pour résumer le livre.

Pouvoir simuler cet état d’esprit dépend aussi de votre caractère et de votre manière de voir le recrutement. N’oubliez pas que vous rendez un service au recruteur avant tout. Quand vous donnez de votre temps pour un entretien, vous n’êtes pas payé(e) pour ce temps. Le recruteur est payé pendant ce temps. Ne l’oubliez jamais : un bon candidat est un cadeau pour un recruteur. À vous de devenir un bon candidat !

Bonnes recherches !

  • Steph

    Excellent article! Je suis dans cette position de recherche d’emploi et cette vision des choses est parfaitement « rafraichissante » et stimulante.
    Merci beaucoup!

    • Nicolas Galita

      Merci Stéphanie !

      Bon courage !

      Si tu veux, tu peux nous rejoindre sur la page Facebook 😉 on s’amuse bien en ce moment.

  • Spartan

    Bonjour,

    Ne pas rester au chômage trop longtemps, oui mais… comment faire quand c’est déjà le cas ? Je suis sans emploi depuis 2 ans et je ne l’ai pas choisi, malgré un bac+5, j’ai l’impression d’être devenu inemployable.

    A ce jour je n’arrive même plus à décrocher un entretien. Il semble que la « discrimination » au trou dans le CV reste de mise chez les recruteurs.

    • Nicolas Galita

      Hello,

      Oui quand on est pris dans la spirale c’est compliqué.

      Si tu veux tu peux m’envoyer ton CV que j’y jette un oeil ? Sur la page Facebook ?

  • Spartan

    Bonjour Nicolas,

    Merci pour la proposition. Mon CV a déjà été revu et modifié un nombre de fois important, mais pourquoi pas. Puis-je plutôt te le communiquer via l’email dans la section « qui suis-je » ?

    merci

  • Louise Alice

    Bonjour Nicolas,

    Je découvre aujourd’hui ton site et je le trouve vraiment génial, ça m’aurait tellement rendu service de le découvrir plus tôt! Je suis au chômage depuis 6 mois. Je n’ai connu que le CDD jusque là, 6 pour être précise.

    Néanmoins en lisant l’article ci-dessus j’ai été « déçue » en lisant la phrase suivante : « je connais trop de gens qui refusent les CDD par principe alors que c’est une bonne manière de reprendre l’élan »

    L’année dernière, recherche de CDI, après 6 mois de chômage et en panique de voir grandir davantage le trou sur mon CV, je succombe à un CDD alléchant. Le résultat : à la fin de mon CDD bim rebelotte cette année je reprends pour 6 mois de chômage de plus et en ce moment je n’ai pas de piste donc bon ça va encore durer. Bref c’est pire, prendre un CDD ce n’est pas se rendre un service, ça ne fait que repousser à plus tard le chômage. Ce n’est pas « par principe » qu’on refuse un CDD, c’est juste très dur au bout d’un moment de ne pas avoir de stabilité.