Recherche d’emploi, 7 habitudes que vous devez perdre

Nous avons tous les mêmes mauvaises habitudes. C’est pourquoi aller à contre-pied des plus courantes permet de se démarquer en rien de temps. Voici les 7 choses que vous pouvez corriger très rapidement.

Pêché n°1 : Spammer les entreprises

Nous l’avons déjà dit. Ce n’est pas possible d’envoyer 200 CV en un mois (même en un an d’ailleurs). Arrêtez de vous en vanter. Si vous envoyez autant de CV en si peu de temps, vous êtes simplement un spammeur.

Comme vous le recruteur est fatigué de recevoir chaque jour des sollicitations sans personnalisation, sans humanité et sans ciblage.

Stop !

Pêché n°2 : Se mélanger les pinceaux et se disperser

Celui-ci va de pair avec le premier. A force de ne pas cibler votre recherche vous vous perdez et ne savez même plus à quoi vous avez postulé.

Chercheur emploi deprime

Si vous êtes indécis et que vous avez 100 (ou 1000) entreprises qui vous intéressent, allez-y par petits blocs. Faites une liste des 5 que vous préférez (ou les 5 premières par ordre alphabétique) et focalisez-vous sur ces 5 pendant le temps qu’il faut (indice : non ça ne se fait pas en une heure). Et ainsi de suite.

Pêché n°3 : Ne pas relancer

Evidemment si vous spammez et que vous vous dispersez, ça risque d’être compliqué. Mais vous devez prendre l’habitude de relancer les recruteurs. Partez du principe que les gens ne lisent pas leurs emails (ou les lisent mal). C’est fou mais c’est comme ça.

Il est donc crucial de toujours relancer au moins une fois. Utilisez de préférence toujours un canal différent du précédent utilisé. Si la dernière fois vous avez utilisé l’email, utilisez cette fois le téléphone. Et vice-versa.

Pêché n°4 : Penser que la lettre de motivation est inutile

En fait vous n’avez pas complètement tort : la lettre de motivation que vous faites ne sert à rien. Nous l’avons déjà évoqué. Et paradoxalement ça lui confère une force encore plus grande. En effet, quand le niveau général est si médiocre une lettre de motivation de bon niveau aura l’allure d’un borgne chez les aveugles. On rappelle le théorème de la lettre de motivation : si c’est chiant à écrire ça sera chiant à lire.

Pêché n°5 : Ne pas utiliser son réseau

En France on a une fâcheuse tendance à ne pas penser réseau. On utilise même l’ignoble mot de « piston ». Grave, grave erreur. Il n’y a rien de plus efficace. Ôtez-vous une fois pour toutes de la tête que c’est mal. C’est l’inverse. Il n’y a que ça de vrai ;-).

paper_people_hires

D’autant que votre réseau est bien plus grand que ce que vous pensez. Votre famille, vos anciens camarades d’écoles, vos amis, vos anciens collègues…

(Si vous n’avez pas encore de profil LinkedIn, vous ne devriez même pas perdre une seconde de plus ici. Allez donc le faire !)

Pêché n°6 : Se replier sur soi

Corollaire du précédent. Si vous cherchez, faites-le savoir ! N’attendez pas que votre entourage le devine. Que vos amis soient ainsi en écoute passive et à l’affût.

woman_business_card_hires

Pêché n°7 : Trop chercher

Paradoxal. C’est comme pour la drague. Si vous avez l’air « mort de faim » vous risquez d’être plus repoussant qu’autre chose.

Il est primordial que vous soyez bien dans votre peau. Et c’est compliqué si vous résumez votre vie à votre état de chercheur.

Faites du sport, prenez des cours gratuits sur des MOOC (on en parlera plus amplement dans un prochain article), aérez-vous l’esprit, allez au événements de votre secteur… Bref, ne vous résumez pas à votre recherche. Il ne s’agit pas d’être oisif mais d’être actif différemment.

Surf sport de chercheur

Vous n’en serez que mieux dans votre peau et donc plus attractif.

Bonne chasse !

  • Marie

    Coucou! Très sympa tous ces nouveaux articles sur ce blog 😀
    Effectivement, le point « s’ouvrir » est important. Accepter l’aide de l’Apec par exemple quand c’est pertinent ou encore celle de la bouchère du quartier (ça aide !, on ne sait jamais quelles connexions elle a) ou bien des amis…
    Un autre point que je rajouterais c’est qqch comme « arrêter de croire qu’on est nul » , il n’y a pas que les commerciaux qui savent se vendre et se rappeler que l’on vaut quelque chose est important pour ne pas trop déprimer 🙂

    • Nicolas Galita

      Merci Marie 😀

      Entièrement d’accord avec toi !

      L’Apec je suis un peu sceptique par contre, tu connais des exemples où ça a été utile ?

  • ricao

    Oui moi : j’ai fait un de leurs ateliers de « reboostage » appelé « Nouveaux horizons » qui se déroule sur une semaine.
    On apprend à se connaître les uns les autres, à s’exprimer, se présenter, se mettre en avant , se vendre.
    Depuis en entretien je suis toujours apprécié, j’ai décroché 2 missions alors que je galérais depuis 9 mois.

    • Nicolas Galita

      Aaah super intéressant ! Il faudrait que j’en fasse un !!!!