Le recruteur m’a posé une question interdite, je fais quoi ?

Orientation politique, religion, situation matrimoniale…

Ça y est. Le recruteur vient de vous poser une des fameuses questions interdites. Que faire, que répondre ?

Petite_fille_choquee

Je vais vous décevoir tout de suite. Je n’ai aucun début d’esquisse de moitié de solution cette fois. Je me refuse même catégoriquement à vous dresser la liste exhaustive des questions prohibées par la loi. Si vous le voulez vous trouverez un peu partout des guides, souvent écrits par des recruteurs ou des juristes, qui vous feront cette liste et vous conseilleront de ne pas répondre. Ou alors de rappeler la loi.

Si le sujet n’était pas si triste, j’éclaterais de rire. Vous vous voyez vraiment dire à un recruteur « votre question est illégale, je ne vais donc pas y répondre »  ? Non mais sérieusement. Prenez 5 secondes et imaginez-vous en train de dire ça. Je paierais pour avoir une vidéo où les gens qui vous le conseillent, l’appliquent eux-mêmes en situation réelle.

Le_pigeon_en_entretien

Vous n’y pouvez rien. Je ne défends évidemment pas les recruteurs qui franchissent les limites. Mais une fois qu’ils le font, songez-vous vraiment à leur rappeler doctement la loi ?

C’est comme si quelqu’un vous agressait physiquement dans la rue et que votre réaction était de lui réciter l’article 222-13 du code pénal. A quoi bon ? Que fait-on après ? Imaginez-vous qu’une fois que vous aurez rappelé au recruteur que sa question est illégale il réponde :

– Ah, mais oui ! Pardon ! J’avais oublié la loi qui interdit la discrimination religieuse à l’embauche. Mea culpa. Merci de me l’avoir rappelé.

Oubliez_cet_espoir

Hautement improbable. Alors que faire ? A vrai dire vous n’avez pas de solution. Vous êtes déjà piégé. Le mal est fait. Quelqu’un qui vous dit le contraire vous ment ou se trompe. Il n’y a plus qu’à écouter votre instinct de survie. N’hésitez pas à mentir (ou éluder) si vous êtes mal à l’aise. Le plus simple restant tout de même de répondre franchement et calmement en espérant que votre interlocuteur n’aille pas plus loin.

Si c’est un entretien avec un RH, posez-vous des questions. Si c’est un entretien avec votre manager et que vous vous sentez déjà mal à l’aise, pensez quand même à fuir en courant.

Mais si quelqu’un a une vidéo ou une anecdote où il répond « je ne réponds pas à votre question car elle est illégale », je suis plus que preneur et curieux de voir la réaction du recruteur en face :D. Je ne demande qu’à être agréablement démenti !

Bonne chasse !

  • Nicolas

    A l’époque j’avais lu un certain nombre de conseils à base de « je préfèrerais revenir au sujet des compétences », ou de rebondir directement sur une autre question.

    Encore une fois c’est foireux de faire ça face au recruteur … Mais quand il s’agit d’un opérationnel (probablement mal formé aux entretiens d’embauche) ça peut le remettre subtilement sur le bon chemin.
    Si c’est un RH en revanche, c’est probablement très conscient. PADBOL

    Après avoir fait mon mémoire sur les tests de personnalité dans le process de recrutement, un directeur de cabinet (très connu sur la place publique et beaucoup d’entreprises font appel à eux) m’avait demandé en entretien « dessinez moi un arbre ».

    D’abord j’ai ri, pensant qu’il se moquait de moi. Mais non, il voulait son arbre. J’ai donc docilement dessiné un palmier (supposé représenter le branleurisme et l’incapacité à se concentrer).
    Il a eu l’air très sérieux, a regardé, puis m’a demandé : « dessinez-moi un arbre ».
    Encore donc.
    J’ai dessiné cette fois un bonzaï (dans un pot = très mauvais, esprit étriqué, tout ça).

    Il m’a dit (et je le cite) : « Oh ! On voit que vous avez besoin de prendre de l’envergure ».

    J’ai cru m’étouffer de rire.

    Tout ça pour dire que j’ai pris le parti de la dérision pour répondre à sa question idiote. Et ma principale impression en post-entretien était : ai-je VRAIMENT envie d’aller travailler avec ce boulet ?
    La réponse était non.

    Courage à tous les candidats qui rencontrent ce genre de situations.

    • Nicolas Galita

      Merci Nicolas pour ce retour d’expérience ! J’en ris encore 😀 😀 😀 😀

      Incroyable !

      Même en face d’un opérationnel, ça risque quand même de sacrément plomber l’ambiance de l’entretien ! Je vois vraiment pas comment on peut retourner ce genre de situation sauf si c’est un test.

      Ton exemple hilarant de l’arbre le montre bien :D. Tu as cherché une réponse fine, tu as rencontré un mur. Ce qui est logique puisqu’un recruteur fin ne t’aurait à la base pas posé cette question.

  • Jean-Michel

    Bonjour Nicolas,
    très prometteur ce nouveau site

    Effectivement, on verra très peu de vidéos en situation rélle où la réponse est « je ne réponds pas à votre question car elle est illégale » et in fine le candidat est choisi.

    Cela dit il me semble à l’inverse assez simple de renvoyer la balle à l’envoyeur en jouant sur *l’inutilité* de la question dans un contexte professionnel. « Je ne suis pas sûr de comprendre, en quoi l’information que je pourrais vous apporter peut-être utile pour faire avancer le projet qui nous occupe? »
    Là c’est lui qui doit avoir un dialogue intérieur pour savoir si il fait une percée en solitaire en zone dangereuse. Et au pire, ca fait toujours un filtre anti-cons.

    • Nicolas Galita

      Merci Jean-Michel 😀

      C’est en effet assez simple sur le papier de renvoyer la question. Mais en pratique ça risque juste de jeter un froid. Je n’arrive pas à imaginer un scénario où c’est bénéfique en fait.

  • Frédéric Pinchaux

    Je préconiserai d’apporter la réponse attendue par le recruteur : on ne peut pas vous reprocher de mentir face à une question illégale. Mais effectivement, il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de s’engager dans une relation professionnelle qui part déjà en vrille.

    • Nicolas Galita

      Bonjour Frédéric,

      C’est effectivement le conseil le plus pertinent que j’ai pu entendre sur le sujet. Maintenant, ça a l’inconvénient majeur de commencer sur de très mauvaises bases !

    • Nicolas Galita

      Rien à rajouter 😉

  • Mariana

    J’essaye de répondre avec un sourire tout en restant vague..
    – Avez-vous envie d’être mère?/Envisagez-vous d’être mère un jour?
    – J’avoue que je n’ai pas encore réfléchi à ce sujet, je préfère me concentrer uniquement sur ma carrière en ce moment… !!

    • Nicolas Galita

      Bonjour Mariana,

      C’est probablement la seule manière concrète de réagir en effet !

  • Nicolas

    Bonjour, je voudrais soulever l’exemple d’une question interdite à un candidat à un poste de gestionnaire RH avec axe important de recrutement.

    Apporter le thème des questions interdites …pour anticiper son point de vue et sa réaction…. !

    • Nicolas Galita

      Bonjour Nicolas,

      Et bien soulevons, soulevons ! J’écoute ?

    • L.L.

      Pas bête : cela peut être en effet valable pour un poste de RH recruteur,
      mais comment insinuer nous même le sujet, n’étant pas »Maître  » du jeux, dans un entrentretient pour un tout autre poste? .

  • Nexus6

    Il faut toujours enregistrer son interlocuteur par sécurité… et porter plainte au commissariat si « le professionnel » vous pose des questions illégales! (Il perdra son job ou un peu de ça notoriété) 🙂

    • Nicolas Galita

      Ahah je ne pense pas qu’on ait le droit d’enregistrer quelqu’un à son insu !

  • Nadia

    J’ai eu la question « Vous habitez seule ? » non pas à l’entretien mais juste après, quand j’étais raccompagnée par le RH, dans l’ascenseur donc ! Légalement parlant, on n’était plus dans le cadre de l’entretien. J’étais prise au dépourvu et en même temps bluffée par sa stratégie et j’ai donc dit la vérité.

    Après coup, quelqu’un m’a conseiller la prochaine fois de renvoyer la balle en demandant en guise de blague « Who is asking? » (= « Qui veut le savoir ? », sous-entendu, il y a quelqu’un qui s’intéresse à ma situation matrimoniale ? Qui est-ce ? ).

    Si on a la présence d’esprit sur le coup, ça aide…

    • Nicolas Galita

      Aouch…

      En effet c’est complètement déplacé !!!!!!

  • Stéphane

    Bonjour,

    Perso, je prépare les candidats à l’entretien sur ces questions afin d’anticiper la situation. Dans le même temps, je n’ai pas une liste exhaustive de questions interdites !!!

  • Nicolas Galita

    Mais une fois que t’as répondu ça…c’est fini, non ?

    • Marcel

      Bonjour,

      Pour être précis, c’est le fait de poser la question qui est illégal ou le fait de discriminer en fonction de la réponse (ou de la non-réponse) ?
      Parce que j’ai reçu un formulaire d’un cabinet de recrutement qui pose plusieurs questions sensibles en précisant qu’on est pas obligé de répondre et qu’on ne sera pas écarté si on ne répond pas (mais bon, c’est un peu l’histoire du recruteur qui demande à une femme si elle veut des enfants, mais qui précise qu’elle est pas obligée de répondre…) !!
      Et pour le coup, pas de problèmes de preuves, vu que c’est marqué en toutes lettres dans le formulaire…

  • Muriel Denis

    Je réponds que je sépare ma vie privée et ma vie professionnelle. Ce qui signifie que je fais en sorte que ma vie privée n’interfère pas dans mon travail. Que pensez-vous de ma réaction?