99% des chercheurs d’emploi annoncent le même défaut, et vous ?

Ça suffit. Quelle mouche vous a donc tous piqués ? A quel moment vous êtes vous tous passé le mot pour prétendre avoir le même défaut ?

Chien perdu sous couette

Perfectionniste. Perfectionniste ? Perfectionniste !

Fatiguant.

Vous vous attirez automatiquement la méfiance du recruteur avec cette réponse. Répondre que vous êtes perfectionniste dans un entretien c’est comme dire que vous êtes dynamique et motivé dans une lettre de motivation. Vous pensez faire une bonne opération alors que le recruteur entend cette énormité pour la 754e fois de sa carrière.

La ficelle est trop grosse. On vous voit venir comme un éléphant sur la pointe des pieds dans un magasin de porcelaine.

En gros vous essayez de sous-entendre que votre défaut c’est que vous être trop parfait ? *soupir*

Bouton-anti-perfectionniste

(Image extraite de la BD de #rmsnews)

Le pire c’est que « perfectionniste », ça ne veut pas tout à fait dire ce que vous pensez. Voici une des définitions négatives :

« Les perfectionnistes sont des gens qui s’efforcent compulsivement et sans trêve d’atteindre des buts irréalistes » 

C’est donc un vrai et lourd défaut. (Ou sous sa forme positive, dans le bon contexte, une vraie qualité). Le perfectionniste ce n’est pas simplement un consciencieux. C’est son extrême. Presque un maniaque.

Quelqu’un de consciencieux va relire un rapport plusieurs fois pour éliminer les erreurs. Un perfectionniste va investir du temps dans les moindres détails. Qu’il est parfois le seul à voir. Parfois jusqu’à ne jamais pouvoir finir ce qu’il entreprend. Le perfectionnisme mène alors à la procrastination. Ce n’est pas un penchant pratique en milieu professionnel. Sauf si vous aspirez à être chercheur, artiste ou athlète de haut niveau.

Croyez-moi, vous n’êtes pas perfectionniste.

En plus, le recruteur ne vous croit pas. C’est comme si vous n’aviez rien répondu à la question de vos défauts. Alors, comment y répondre ? Ce sera le sujet d’un autre article. D’ici là quelques pistes.

Innovez. Pourquoi pas avec la vérité, tout simplement ? Ne surestimez pas l’importance de cette question. La plupart des recruteurs vous la pose par mimétisme, pour meubler le vide. Personne ne va vous éliminer ou vous retenir sur la base de cette simple réponse. De toutes façons on ne vous croit pas sur parole.

20140701l-excellence

Malheureusement, ça ne se passera pas comme ça 😉

Le but c’est surtout de voir si vous êtes capable d’avoir un regard critique sur vous-même et d’y mettre les formes. Dites simplement la vérité. En langage diplomatique évidemment. Inspirez-vous de ce dialogue tiré d’une série célèbre :

– Non mais c’est pas ça, c’est que toi tu es… Chéri c’est quoi déjà le bon mot pour « égoïste » ?

– Autonome ?

– Oui voilà, toi tu es autonome !

Mais par pitié arrêtez de dire que vous êtes perfectionnistes ! Les défauts ce n’est pas ça qui manque dans la nature quand même…

Bonne chasse !

  • Paul

    Excellent et tellement vrai, c’est l’erreur typique et classique relayée par le net et notre imaginaire !
    J’en parlais avec une collègue ce matin qui me disait que pour les qualités, le trio motivé-dynamique-organisé avait aussi une sacré réputation !

    • Nicolas Galita

      Merci Paul 😀

      En effet c’est exactement ça pour les LM ! Ce sera l’objet d’un autre article (qui est d’ailleurs déjà écrit 😉 bien au chaud).

  • Geoffroy Brunel

    Le plus inquiétant dans tout ça est qu’il y ait encore des recruteurs qui évaluent les défauts des candidats sur une base déclarative. « Donnez-moi 3 défauts ? » (ou 3 qualités) est une des pires façon d’évaluer les défauts et qualités d’un candidat.

    Le seul intérêt d’une telle question est d’évaluer le discours du candidat : dans cet exemple on peut parler d’un manque de créativité/préparation.

    • Nicolas Galita

      Je ne saurais être que d’accord avec toi, Geoffroy. D’ailleurs la BD que j’ai mise avait pour but premier de critiquer les recruteurs qui posent cette question et non les candidats.

      C’est une question sans grand intérêt. Le souci c’est qu’elle est effectivement posée. Et concrètement, en tant que candidat, il faut y répondre.

  • Pierre

    Et si ce n’était pas la réponse mais la question le problème ?
    Quel est l’objectif du recruteur en posant cette question qui est attendue, prévue et qui est devenue une blague entre recruteur et candidat.
    Le candidat exècre le recruteur qui lui pose car il ne sait pas quoi répondre et que malheureusement le vocabulaire décroit d’année en année (autre débat…).
    Et inversement le recruteur veut mettre un aller retour à un candidat qui ne lui réponds une liturgie à la Lucchini

    • Nicolas Galita

      Bonjour Pierre,

      Tout à fait d’accord avec toi !

      Dès que j’en ai l’occasion je me tue à dire à mes confrères recruteurs qu’il ne sert à rien de poser cette question.

      Dans un prochain article j’expliquerai ce que, selon moi, les recruteurs attendent vraiment, entre les lignes.

      Le souci c’est qu’en tant que candidat, une fois qu’on a dit ça on fait quoi ? On ne peut que composer avec cette donnée malheureusement 🙁

  • Maithe Satge

    Très juste. Les candidats se sont donné le mot. A croire qu’ils ont lu les 8 500 articles de la presse spécialisée consacré au sujet « Que faut il répondre en entretien ? » 🙂

    Une alternative à la question qualités/défauts « Dans le cadre de vos fonctions, quels sont les axes d’amélioration que vous avez identifié et qu’il vous reste à adresser ? » Ça donne des réponses intéressantes (souvent illustrées par des cas concrets assez parlants)

    Merci pour cet article !

    • Nicolas Galita

      Ahah ça doit être ça en effet :P.

      C’est effectivement une bien meilleure question ! Je prends note :D. Merci pour ce retour pertinent !

  • Deroo Emilie

    C’est tout à fait vrai. Très drôle….

    Mais dans le cas d’une réponse de ce type et non justifiée par le candidat, je pense que c’est au recruteur d’évaluer lui même les qualités et défauts du candidat en ciblant ses interrogations.

    Merci pour cet article!

    • Nicolas Galita

      Merci pour ce retour Emilie ^^,

      En effet, le recruteur saura toujours s’adapter mais c’est tout de même dommage en tant que candidat de ne pas se démarquer alors qu’il suffirait de dire la vérité.

  • Jérémy

    J’ai bien aimé l’article, très drôle et bien « dans ta face ».

    J’ai un point de vue un peu moins dur sur le sujet : les qualités et les défauts n’ont aucun sens en soit, je dirais même ils n’existent même pas pour la plupart… pour moi, il n’y a que des traits de personnalité qui sont en faveur (ou pas) du candidat selon la situation, l’environnement et les personnes en présence. Et c’est au recruteur (en bon manager) d’aider le candidat à le percevoir ainsi pour lui donner les clés pour se présenter de la bonne façon.

    Les candidats ont généralement une lacune terrible au niveau de la connaissance de soi (malheureusement le développement personnel n’est pas mis dans le chemin de chacun pendant les études ou au travail…what a shame!) C’est sans compter tous les articles merdiques pour CV et LM sur le net (ce qui a déjà été dit dans les commentaires 😉 )

    Pour la défense des dits candidats, encore trop rare sont les recruteurs qui font un feedback en bonne et due forme pour permettre de s’améliorer.

    Bref, merci pour la petite rigolade sur ce sujet qui me tient quand même à cœur.

    • Nicolas Galita

      Ahah merci à toi Jérémy !

      Ah bah je suis entièrement d’accord : ça n’existe pas vraiment les qualité et les défauts. MAIS en revanche ça existe en tant que recruteur d’entendre des gens tous répéter qu’ils sont « perfectionnistes ».

      Clairement y’a un gros problème de connaissance de soi. « La plupart des gens qui échouent à trouver le job de leur rêve échouent non pas par manque de connaissance du marché du travail mais par manque de connaissance d’eux-mêmes ».

      Oui c’est malheureusement encore trop rare le recruteur qui fait systématiquement un feedback.

  • Fanny

    Bonjour,

    Je rajouterais qu’une qualité ou un défaut peut être complètement différent suivant l’annonce à laquelle on répond (tout comme le CV ou la LM). Candidater c’est aussi savoir être caméléon tout en restant honnête (il ne faut pas oublier qu’il faut faire ses preuves durant la période d’essai).
    Le profil de poste recherché doit être en adéquation avec ce que l’on découvre du demandeur d’emploi.
    Il est aussi plus aisé d’être pertinent à une offre d’emploi (comportant des détails), que lors d’une candidature spontanée. Pour cette dernière, c’est un peu l’aventure… Le candidat propose, le recruteur s’y cherche selon ses éventuels besoins…

    Contrairement à l’étude relatée ci-dessus, je n’utilisais pas « perfectionniste » comme défaut. Pas très original en effet, mais aussi on s’inflige une pression monumentale. C’est du domaine de l’impossible… C’est un peu comique également… C’est prétentieux de se déclarer « parfait ».
    Je préfère « discrète ». On peut argumenter son défaut pour ne pas faire sourcilier le recruteur. Par exemple si on dit que l’on est sensible, on peut savoir apaiser les tensions au sein d’un groupe, être à l’écoute de l’encadrement, faire preuve d’analyse et de vigilance dans son travail.

    Cordialement.

    • Nicolas Galita

      Bonjour Fanny,

      Complètement d’accord !

      Y’a pas vraiment d’étude par contre, je sors le 99% de mon chapeau :P, en grossissant le trait. Heureusement y’a pas réellement 99 candidats sur 100 qui disent ça. Je dirais plutôt une grosse moitié.

      En effet « discrète » c’est bien plus pertinent !

  • Véronique

    Bonjour,
    Dans la pratique l’entretien de recrutement c’est un « bout d’essai », ce n’est que du théâtre où chacun doit veiller à tenir son rôle, dire son texte bien comme il faut… il y a ce qui se dit tout haut, ce qui s’entend mais ce qui compte c’est le non dit et le dialogue muet entre les protagonistes où les uns s’assurent déjà de la bonne volonté à collaborer (quel mot horrible…) du candidat à un certain système et où les autres essaient de convaincre de leur bonne volonté (pour être sympa j’évite d’écrire « de leur docilité ») pour avoir le poste.

    • Nicolas Galita

      Bonjour Véronique,

      Et au théâtre, avec exactement le même texte, naissent de grands acteurs et des piètres interprètes 😉

  • mathilda

    Et si durant l’entretien pour etre admise au cegeb pour formation d’integration professionnelle, qu’est ce que vous allez apporter a note ecole?

    • Nicolas Galita

      Bonjour Mathilda,

      C’est une question qui demande une dose d’introspection conséquente. On en parlera dans un prochain article 😀